mercredi 16 septembre 2009

lUne fin de semaine ou nous ne sommes pas fiers de nous.

Le 12 et 13 sept. 2009

Nous aimons beaucoup le côté du Vermont car c’est beaucoup moins achalandé. Cette fin de semaine nous retournons donc de ce côté pour cette fois se rendre à City bay. Au retour, comme d’habitude, nous passons au sud de la bouée verte et entamons notre retour vers la marina qui est plus au nord. En direction du nord il y a une bouée rouge qu’il faut à tout prix se tenir loin. Et nous le savons… Mais le malheur c’est que nous ne sommes pas tout à fait assez loin. Nous sommes sous voile, nous sautons par-dessus quelques gros cailloux. Nous nous arrêtons presqu’aussitôt. Comme nous ne gîtons plus, on se retrouve avec la quille bien assise entre des cailloux.

Comme un malheur ne vient jamais seul, lors nous arrêtons nous apercevons sur notre arrière tribord… un autre voilier nous talonne. Mais comme il est à notre tribord il est donc encore plus près des récifs. Pour lui c’est beaucoup plus catastrophique que nous. Il a percuté les roches de façon beaucoup plus sévère que nous. Il nous faudra près d’une demi-heure pour sortir de notre impasse en se remorquant avec le dinghy et retrouver un passage entre les roches pour retourner en eaux profondes. Le tout lentement mais surement.

Notre voisin de malchance lui est très mal pris. Alors je resterai en eau profonde à faire du surplace avec Oya Shivo et Mario ira à la rescousse de l’autre voilier. Son tirant d’eau est de 7 pieds tandis que le nôtre n’est que de 6... Et en plus il est plus profondément dans les récifs.

Mario et le skipper de l’autre voilier tente avec les 2 dinghys de touer le voilier mais en vain. Il va falloir beaucoup plus de force ou de très bonnes idées pour en venir à bout avec seulement 2 dinghys. Un troisième voilier (Dream Chaser) vient à la rescousse. La dame reste au large avec le voilier, comme je fais, et le monsieur se rend en dinghy pour aider à tirer. Toute sorte de bonne idées seront mis en oeuvre par les 3 comparses pour aider l'infortuné. Un bateau moteur viendra à la rescousse. Son aide fera la différence. Avec l’aide de tous ces moteurs, l’infortuné sortira de son impasse, si ma mémoire est bonne, après plus d’une heure d’effort communautaire.
Enfin nous retournons à la maison un peu amère de notre accrochage et compatissant avec Tao qui a été plus éprouvé que nous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire