lundi 10 août 2009

De la belle visite à bord...

8 et 9 aout

Cette fin de semaine nous avons le plaisir d’avoir à bord un bon copain, Robert, Bob pour les intimes. Nous arrivons le vendredi soir à la marina. Nous nous rendons au quai pour charger à bord les victuailles et notre cargaison de vin. Comme il est tard et que nous n’avons pas encore soupé et qu’il est un peu tard nous retournerons au mouillage pour y passer la nuit. Marc (Eau-Liré) est seul, Françoise arrivera seulement demain matin. Pauvre Marc, pas question de le laisser seul dans son voilier… délaissé de tous… de Françoise et de ses copains... IMPENSABLE. Il se joint volontiers à nous pour un petit lunch de pâtés, fromages, pain et vin à volonté.

Je ne sais pas si vous pouvez vous imaginer le scénario. Danielle et son harem… Quelle merveille… Entourée de mon Précieux, mon bon copain Marc, et le non moins estimé et adorable Bob. Des conversations enflammées, des rires à profusion, un peu de sarcasme et des taquineries de toutes sortes… plus marrantes les unes que les autres. Que voulez-vous de plus... Difficile d’avoir un vendredi soir plus enjoué. Le lendemain matin par contre… c’est un peu plus difficile… certain de nous avons mal aux cheveux. Nous débutons notre déjeuner avec du café et de l’aspirine ;-(

Après notre petit déjeuner nous quitterons pour profiter du petit vent de l’avant-midi. Vent qui tombera en après-midi. Nous irons jeter l’ancre en fin de journée dans la Baie Nichols. Mario le seul courageux à bord ira se baigner. Encore une fois on se préparera un bon souper bien arrosé. Le lendemain matin nous quittons pour tirer quelques bords. Au départ le moteur fait encore des siennes. Nous avons beaucoup de difficulté à le démarrer. Ce n’est pas grave l’éolienne redonnera le pouvoir qui manque au moteur. Robert nous conseil d’investiguer du côté du démarreur. Mario démarre l’éolienne pendant que nous naviguons pour ainsi garder les batteries avec une charge maximum. Quand nous regardons la lecture de charge de l’éolienne… ça ne va pas. Elle semble les décharger. Nous allons jeter l’ancre non loin de l’entrée de la marina de Tredwell Bay. Robert et Mario déferons, souderons et reconstruirons l’éolienne. Espérant que le tout fonctionnera. Pendant notre temps d’arrêt, le vent a forcit beaucoup. À notre sortie de la baie de Tredwell des vagues d’environ 4 pieds se sont formées et elles continuent d’augmenter. C’est à une vitesse de 8.3 nœuds que nous terminerons notre fin de semaine. Le record de vitesse de 8 nœuds de Mario qui remontait à 2 saisons vient d’être battu par moi et je ne portais qu’un petit foc.

Nous ferons notre arrivée de façon fracassante ENCORE une fois. Le maudit moteur ne demeure toujours pas. Le vent de diminue pas. Il vente trop et les vagues, même dans la baie Monty’s, sont trop grosses pour que l’on puisse envisager une approche au mouillage sans moteur. Bonne nouvelle Marc est à son mouillage. À plusieurs reprises nous tentons de le rejoindre au VHF… il ne nous reçoit pas. Nous faisons plusieurs passages non loin de son mouillage sans qu’il nous remarque car il est en train de faire des travaux. Après un bout de temps il nous remarque et vient à la rescousse en dinghy. Nous sommes soulagés d’avoir son aide car juste avec notre dinghy c’était trop risqué. Oya Shivo se fait encore remorqué par les dinghys. Nous sommes encore arrivés à bon port mais encore une fois d’une façon originale.
Ce sera l’histoire de notre été si ça continue ainsi...

Question de se remettre un peu de cette aventure et prendre le temps de remercier Marc de son aide on s’offrira un petit verre de Rhum.
Il est temps de plier bagages et de rentrer à la maison. Quelques jours plus tard, nous recevrons un beau cadeau de Robert. Il nous envoie un petit film de notre fin de semaine.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire